Expositions

Notre fondateur, Arthur Langerman, attache beaucoup d’importance à ce que des éléments de sa collection soient régulièrement exposés dans des lieux les plus variés, afin de promouvoir une approche critique et pensée de l’histoire de l’antisémitisme et des dangers qu’il représente. Les images sont à même d’illustrer différentes dimensions de la haine envers les Juifs et peuvent servir à alerter et à sensibiliser aux méthodes de propagande par le visuel. En même temps, il n’est pas question de disséminer, en raison d’une mauvaise contextualisation, des stéréotypes antisémites, ni de pratiquer une quelconque muséification qui aurait un effet valorisant. ALAVA entend développer et promouvoir de nouvelles formes de présentation muséologique, ce qui nous semble, pour des images porteuses de stéréotypes, plus nécessaire que jamais.

Les pièces de la collection d’ALAVA peuvent être empruntées pour être exposées. Les musées, mémoriaux, établissements d’enseignement et autres institutions intéressés sont invités à nous contacter pour nous soumettre leurs projets d’exposition. ALAVA tient lieu de point de contact et d’administration, coordonnant les demandes de renseignements et organisant les prêts, et propose également un soutien dans le développement de concepts d’exposition. Au-delà, ALAVA prévoit de concevoir ses propres expositions.

Je veux qu’on voie ma collection ! Je veux que les gens voient ces images et comprennent ce qui s’est passé et qui peut se reproduire.

Arthur Langerman avec une affiche de la série « Musée des horreurs », 2017

Expositions en cours et à venir

Cette exposition est une production de la Fondation Arthur Langerman qui a son siège à l’Université technique de Berlin (TU Berlin). Elle présente une partie de la collection d’Arthur Langerman, un Belge juif d’origine anversoise né pendant la Seconde Guerre mondiale qui a réuni plus de 8 100 pièces liées à l’antisémitisme, dont de nombreuses affiches, sculptures, tableaux et cartes postales. Les images sélectionnées pour l’exposition au Luxembourg permettront au public de prendre conscience de l’impact visuel de la propagande. L’exposition permet d’aborder la représentation d’un imaginaire des Juifs du Moyen Age jusqu’à nos jours. MemoShoah Luxembourg a fait réaliser deux panneaux supplémentaires par l’historienne Renée Wagener exposant des textes et images antisémites du 19e au 21e siècle qu’elle a trouvées dans ses recherches au Luxembourg.

Plus d’informations : https://www.neimenster.lu/evenements/plume-de-fiel/

Pour ceux qui avaient regardé dans l’abîme de l’incendie dévastateur, Knokke est devenu leur premier lieu de villégiature d’après-guerre, une caisse de résonance pour des souvenirs émotionnels. Monsieur Motke Weinberger, un confiseur juif qui a été actif dans la résistance et qui a sauvé d’innombrables vies, s’en est assuré. Après la Seconde Guerre mondiale, il convertit le Grand Hôtel de Knokke en un lieu de rencontre pour les Juifs d’Anvers.

Cette exposition vous offre non seulement un aperçu de la vie de Motke Weinberger et un regard sur l’un des hôtels emblématiques de Knokke-Heist, mais montre également des dessins animés antisémites uniques de la collection d’Arthur Langerman.

Cette exposition gratuite a lieu du 5 mai au 18 juin à la bibliothèque Scharpoord, Maxim Willemspad 1, 8300 Knokke-Heist, Belgique.

Du 15 octobre 2021 au 3 juin 2022, le Musée Juif de Belgique vous présente son nouveau projet pédagogique « Images caricaturales des Juifs à travers l’Histoire. Esquisse d’une collection insolite ».

À travers un aperçu de l’extraordinaire collection rassemblée par Arthur Langerman, Belge d’origine anversoise né en pleine guerre, il donne à voir un aperçu de la folie collective que représente l’antisémitisme visuel, phénomène qui est suivi ici sur différents continents et plusieurs siècles. De l’antijudaïsme païen et religieux à l’antisémitisme social et politique, ce projet didactique présente un regard aussi inédit que saisissant sur la représentation des Juifs, du Moyen Age à nos jours, ainsi que sur les stéréotypes qui leurs sont attachés.

La présentation des fac-similés imprimés sur multiplex se décline en tableaux, gravures, statuettes en bois, photographies, archives, posters, cartes postales, ainsi que des objets insolites comme de chopes à bière, cagnottes, plaques émaillées, cendriers ou boîtes d’allumettes. Tout en proposant des images de toutes origines, les concepteurs ont choisi de mettre un focus particulier sur les illustrations « belges » : de la prétendue profanation des hosties de Bruxelles (1370) jusqu’aux vignettes textiles confectionnées par certains acteurs du Carnaval d’Alost, la Belgique n’est en effet pas en reste.

Les panneaux sont accompagnés d’objets et pièces d’archives issues des collections du Musée Juif de Belgique. Un module vidéographique, dédié au collectionneur Arthur Langerman, propose, enfin, de découvrir son histoire personnelle, procurant un éclairage sur son parcours atypique et sur sa motivation, animée par le devoir de mémoire.

Le Musée Juif de Belgique présente ce projet dans le cadre de son Service éducatif, labellisé par le département Démocratie ou Barbarie de la Fedération Wallonie-Bruxelles. À travers des visites guidées, le service éducatif propose d’interroger l’utilisation de stéréotypes, hier et comme aujourd’hui. Nos workshops « Let’s meet a Jew », en particulier l’activité « Mythes et Stéréotypes », sera proposé en lien avec cette exposition pédagogique ainsi que la possibilité d’organiser une rencontre avec un témoin de la Shoah.

Plus d’informations : https://www.mjb-jmb.org/regards-sur-limagerie-caricaturale-des-juifs-dans-lhistoire-esquisse-dune-collection-insolite/

Expositions passées

#Fake Images : Démasquez les dangers des stéréotypes a pour but de déconstruire l’influence que la propagande et l’imagerie exercent sur nous. Quelles sont les techniques utilisées dans le monde entier pour manipuler le comportement des gens ? Pourquoi sommes-nous si sensibles à ces méthodes ? Plus important encore, comment pouvons-nous réagir efficacement à la propagande, aux « fake news » et aux stéréotypes ? L’approche que Kazerne Dossin a choisie, issue de sa propre histoire, est évidemment celle de l’antisémitisme. Aujourd’hui, nous constatons que les idées antisémites et les théories du complot prolifèrent de plus belle, comme le démontrent les nouvelles et les recherches.

Dans le prolongement de l’exposition Dessins assassins ou la corrosion antisémite en Europe récemment montée par le musée mémorial de Caen, Kazerne Dossin présente une sélection de documents – affiches, tracts, cartes postales et autres objets uniques – de la Collection d’Arthur Langerman, montrant l’évolution déconcertante de la pensée antisémite en Europe. En découvrant comment « le Juif » a été représenté au fil des siècles comme un ennemi et une créature diabolique, les visiteurs réfléchiront à la question incontournable : comment est-il possible que des gens aient toléré pendant si longtemps, et jusqu’à nos jours, des mythes et des théories de conspiration aussi haineux et reconnaissables ?

Plus d’informations : https://fakeimages.be/?lang=fr

Articles de presse et reportages sur lʼexposition

Antwerpenherdenkt.be: „Nazi-spotprenten moesten de Joden ontmenselijken“ (19 mars 2021)
De Tijd: ‚Zoveel talent verspild aan haat in plaats van liefde’ (27 janvier 2021)
Klara: Podcast Pompidou – Entretien avec Arthur Langerman, Tomas Baum et Veerle Vanden Daelen (8 février 2021)
LʼEcho: #Fake Images, la nouvelle expo à la Caserne Dossin, désamorce les stéréotypes (8 février 2021)
RTV: Nieuwe tentoonstelling over fake news opent in Kazerne Dossin (26 janvier 2021)

À la demande du Centre Communautaire Laïc Juif (Bruxelles), l’exposition Plume de fiel, Images de haine. Esquisse d’une collection insolite a été conçue dans le cadre de l’hommage à rendre au collectionneur Arthur Langerman élu « Mensch de l’année 2020 », pour son engagement dans le devoir de mémoire de la persécution antisémite et de transmission de ce savoir à destination de la jeune génération.

Les divers objets issus de la collection donnent à voir un aperçu de la folie collective que représente l’antisémitisme visuel, un phénomène multiséculaire et mondial. À côté du focus placé sur les illustrations « belges », les concepteurs de l’exposition ont souhaité donner à voir des images de toutes origines géographiques illustrant les concepts généraux et les différents courants de l’antisémitisme.

Dédié entièrement au collectionneur, un module vidéographique propose de découvrir des bribes de son histoire personnelle procurant un éclairage sur un parcours atypique, sur la démarche d’acquisition des œuvres.

Plus d’informations : cclj.be/agenda/exposition-plume-fiel-images-haine-esquisse-collection-insolite

Articles de presse et reportages sur lʼexposition
RTBF: L’image antisémite à travers le temps, à voir au CCLJ à Bruxelles (7 octobre 2020)
The Times of Israel: Arthur Langerman et sa collection d’objets antisémites, au CCLJ de Bruxelles (15 octobre 2020)

L’exposition MONOCULTURE Une histoire récente part du principe que toute acception du concept de « multiculture » nécessiterait une recherche sur celui de « monoculture ». L’acception sociale de la « monoculture » peut être définie comme l’expression homogène de la culture d’un groupe social ou ethnique spécifique. Le projet vise à aborder la notion de monoculture avec un esprit ouvert et aura donc pour objectif d’effectuer une analyse plutôt que de développer une antithèse de la monoculture, et ce, à partir de perspectives non seulement historique, sociale, culturelle et idéologique, mais également philosophique, linguistique et agricole. MONOCULTURE proposera une cartographie expérimentale permettant une analyse comparative de différentes manifestations de monoculture, ainsi que leur reflet sur l’art et la propagande, en vue de tirer des conclusions susceptibles d’être pertinentes pour la société et la culture au sens large.

Plus d’informations : https://www.muhka.be/fr/programme/detail/1439-monoculture-une-histoire-r-cente

Catalogues d’exposition

Angelika Königseder/Carl-Eric Linsler/Philippe Pierret (éds.), Arthur Langerman – Mensch de l’année 2020. Compte rendu de la cérémonie de remise du prix et catalogue de l’exposition « Plume de fiel, Images de haine. Esquisse d’une collection insolite » (13 septembre 2020 – 20 juin 2021, Centre Communautaire Laïc Juif, Bruxelles) [en français, anglais et allemand], Berlin, Metropol, 2022.

Mémorial de Caen (éd.), Dessins assassins ou la corrosion antisémite en Europe, 1886–1945. Collection d’Arthur Langerman, Paris, Fayard, 2018.

Si vous avez des questions, veuillez contacter notre responsable des expositions, Dr. Philippe Pierret, ou utiliser le formulaire de contact ci-dessous. Vous pouvez le joindre par téléphone au : +49 30 314 701 29 ou par e-mail : alava@asf.tu-berlin.de.

Nous contacter

error: Content is protected !!